Archive for juin, 2019

Comment légiférer le comportement des députés quand ce sont eux-mêmes qui font les lois ? C’est la question qui se pose depuis l’affaire Fillon. Il y a quelques jours, j’ai suivi un incentive à Lisbonne où j’ai débattu de tout ça avec pas mal de monde. Et j’ai pu observer à quel point ces révélations ont scandalisé les individus. Quelle que soit le bord politique, la déception était générale. Même les supporters de Fillon le faisaient sans trop y croire : ils étaient clairement écœurés par les magouilles du bonhomme. Cette controverse a vraiment démontré les 900 millions d’euros en salaires et frais de gestion engloutis chaque année par les députés et les sénateurs. Mais le pire reste la l’attitude de Fillon. Il a renoncé à toute dignité : il s’est mis à crier au complot, à accuser les journalistes. Accuser les journalistes est depuis peu une défense systématique dans de telles affaires. Mais là, ça a carrément été n’importe quoi. Quand même, séminaire à Lisbonne Jean-Pierre Raffarin a carrément invité à huer les journalistes avant l’apparition de Fillon ! L’on se rapproche dangereusement d’un certain président américain. Et il s’agit là d’un ancien homme d’Etat, c’est plutôt pas mal ! Le cœur du problème, c’est que les députés considèrent notre pays comme leur terrain de jeu. Les manigances de Fillon ont mis en évidence qu’aucun gendarme ne régule le comportement des élus : ils ont la possibilité de faire ce qu’ils veulent, hors de tout cadre et de toute loi. Il serait plus que temps de recadrer ce secteur. Ce serait facile à mettre en place. Pendant longtemps, l’Elysée n’était assujetti à aucun devoir de transparence. Je n’idolâtre pas vraiment Sarkozy mais tout de même, il a fait en sorte que la comptabilité de l’Elysée soit contrôlée. Depuis cette époque, chaque euro dépensé est rendu public ! Il n’y a rien de plus normal dans une démocratie, et il est indispensable que les autorités puissent éplucher nos deux assemblées. Au passage, j’ai trouvé cet incentive à Lisbonnetrès plaisant. L’agence qui la mené à bien, si vous souhaitez organiser un événement.

Le chef Trump a déclaré que les États-Unis se retireraient d’un traité de plus d’un an conclu avec la fédération de Russie qui avait détruit une catégorie d’armes nucléaires après avoir accusé la Russie de violer le traité. « Nous sommes ceux qui sont restés dans l’accord et nous avons respecté l’accord, mais la Russie n’a malheureusement pas respecté l’accord », a déclaré Trump à la presse au Nevada, « nous allons donc mettre fin à l’accord, nous sommes va se retirer.  » Signé par le président Reagan et le dirigeant soviétique Mikhaïl Gorbatchev en 1987, le traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire interdisait aux Etats-Unis et à l’Union soviétique de détenir des « missiles balistiques et de croisière lancés au sol d’une portée de 500 à 5 500 km » et exigeait la destruction de les missiles, « et les structures de soutien associées au lanceur et l’équipement de soutien », selon le département d’Etat. Les deux sites ont retiré 2 692 missiles après leur « accès au pouvoir » en 1988, a indiqué la compagnie. Depuis plusieurs années, You.S. les autorités ont accusé la Russie d’avoir violé l’accord. Paul Selva, vice-président de vos Joints Chiefs, a déclaré au Congrès, en mars 2017, que les officiers des services militaires « ont le sentiment que les Russes ont utilisé un missile de croisière basé sur un bien qui viole l’esprit et l’intention » du traité. La supervision d’Obama a mentionné que la Russie avait violé le traité INF en 2014 en testant un missile de croisière de vacances lancé par le sol. Mais l’administration Obama « a choisi de ne pas laisser l’accord à cause des objections des Européens – en particulier de l’Allemagne – et par crainte d’une reprise de la course aux armements », a noté le New York Times. Susciter une condamnation sérieuse de tous les membres de la communauté mondiale, attachés à la sécurité et à la stabilité et prêts à œuvrer au renforcement des régimes actuels de contrôle des armements. Même si le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Ryabkov, a déclaré à la société Tass newst le traité « serait une étape très dangereuse, qui, j’en suis sûr, ne sera pas seulement comprise par la communauté internationale » Dans les années 1960, les États-Unis ont obtenu plus de 30 000 ogives nucléaires, qui sont arrivées à environ 22 000 en 1989 L’année dernière, environ 4 480 armes nucléaires ont été utilisées – dont 1 740 sont utilisées, a déclaré Philip Ewing de NPR. La conclusion du traité INF « pourrait sonner le désastre » pour votre nouveau traité, comme l’a mentionné David Welna, de NPR, à propos du grand accord sur la réduction des biceps et des triceps avec la Russie, signé en 2010. New Begin incorpore une restriction à 1 550 ogives nucléaires missiles balistiques intercontinentaux déployés pour chaque région. Le conseiller national à la sécurité de Trump, John Bolton, se rendra à Moscou dans la semaine et pourrait expliquer au leader européen Vladimir Poutine que le programme You.S. prévoit d’abandonner le traité.

 

tags

 
avion castellet
© Dans l'ombre Proudly Powered by WordPress. Theme Untitled I Designed by Ruby Entries (RSS) and Comments (RSS).